Tag Archives: dean o’gorman

Critique The Almighty Johnsons: j’devais faire quoi, dire à des gamins qu’leur mère est un putain d’arbre ?!

14 Déc

thealmightyjohnsons

Personnellement quand on me dit Nouvelle Zélande je pense d’abord au rugby et puis au Seigneur des Anneaux, et puis encore une fois au rugby et pour finir … au Seigneur des Anneaux. Oui, je suis une geek du Sud-Ouest.  mais j’dois avouer que je ne pense pas directement au panthéon des dieux Nordiques … en fait je trouve l’association des deux sacrément étrange si vous voulez mon avis. Enfin, je trouvais l’association des deux étrange ; jusqu’à ce qu’un jour d’ennuie télévisuel intense j’suis allée fouiller dans les recoins méconnus de Sens Critique pour trouver quelque chose à regarder et que j’ai découvert The Almighty Johnsons :

Donc, comme vous avez pu le deviner, The Almighty Johnsons (crée par James Griffin et Rachel Lang) est une série néo-zélandaise (ouais, moi non plus je ne savais pas que ce genre de choses existaient réellement, j’ai toujours cru que c’était une légende urbaine) qui raconte la vie de quatre frères (Emmet Skilton, Tim Balme, Dean O’Gorman et Jared Turner) et de leur oncle un peu perché (Ben Barrington) qui se trouvent tous êtres des réincarnations de Dieu Vikings, le petit dernier de la fratrie (qui ne devait vraiment pas être le garçon le plus malin de la cours de récréation) étant la réincarnation d’Odin, le roi des dieux. Mais ce serait trop simple s’il n’y avait que ça, le problème c’est que leurs pouvoirs sont un peu foireux depuis qu’ils ne sont plus des dieux à part entière et que le seul moyen pour le redevenir c’est de parvenir à réunir Odin et son épouse Frigg … sauf que Frigg personne ne sait qui sait, et puis, apparemment tout le monde n’est pas d’accord avec un retour à l’ancien système et Loki se sent obligé d’faire le relou aussi.

Présenté comme ça, on s’attend juste à une série fantastique en carton comme il en sort pas mal ces derniers temps (The Secret Circle / The Nine Lives Of Chloe King pour ne citer qu’elles) mais c’est sans compté sur l’atout principal de la série : elle est néo-zélandaise ! … et donc forcément comme ils n’ont pas autant de sous que leurs copains américains à balancer dans les décors et dans les fringues des acteurs, les producteurs et les scénaristes sont bien obligés de se sortir les doigts et d’imaginer des épisodes drôles et des intrigues crédibles !

Alors oui, c’est sûr des fois on a vraiment l’impression qu’ils tournent la série en mode discount, mais au moins le spectateur reçoit ce qu’il attend d’une série : un bon divertissement qui nous prend pas pour des crétinous, le tout joués par des acteurs plutôt à l’aise dans leurs rôles. Et j’dois reconnaître que c’était pas gagné d’avance d’arriver à ce résultat-là, non parce que réussir à créer une histoire crédible et des personnages auxquels on peut s’identifier quand on raconte l’histoire d’une bande de bras-cassés divins, dotés de superpouvoirs plus ou moins inutiles, sans que ça vire au grand n’importe quoi toutes les deux secondes * c’est quand même pas facile.

C’est donc pour ça que je mets un bon petit 16/20 à cette série car même si ça se voit qu’elle ne bénéficie pas d’un budget énorme elle parvient quand même à être une des séries les plus originales que j’ai vu dernièrement et ça sans passer par la facilité et qui réussit à se maintenir en Nouvelle-Zélande sur une des chaînes principales (TV3 : « Home Of Kiwi Comedy » pour l’info ) et à être renouvelée pour une troisième saison (même si ça a été remit en cause pendant un temps)

… nous en France, alors que le pays est 14 fois plus peuplé, tout ce qu’on arrive à maintenir c’est Joséphine Ange-Gardien et des séries dont les épisodes font moins de 4 minutes alors j’pense qu’on devrait tous prendre un instant et avoir honte.

 Marjolaine.

*c’est quand même sacrément la fête du slip des fois quand même.